~ Inscrivez-vous ~

Recevez l'actu du blog dans votre boîte mail !

~ Catégories ~

Consulter les archives

~ Blogs vin ~

~ Wine blogs ~

~ pub ~

~ partenaires ~

Le goût et le pouvoir, de Jonathan Nossiter

Le goût et le pouvoir

Ça foisonne pas mal en ce moment du côté de la littérature oeno, avec notamment ce bouquin de Jonathan Nossiter, à paraître le 30 octobre prochain. Pour mémoire, Nossiter est auteur, réalisateur et fin connaisseur du monde du vin, et a marqué les esprits avec son - excellent - Mondovino en 2004.

Je vous en parlerai plus en détails dès que je l'aurai lu, car quand on est pas journaliste, il est plutôt difficile de se le procurer en primeur (en le payant of course!). En attendant, je reprends ci-dessous l'argumentaire de l'auteur grâcieusement fourni par l'éditeur :

« Ce livre est né d’une aventure personnelle : celle de mon histoire d’amour avec le vin et le cinéma, vue à travers le prisme de la France, pays dont j’ai fait, depuis l’enfance, mon terroir d’élection. J’ai voulu y entremêler des émotions intimes et une réflexion sur la beauté, le pouvoir et le goût. En un sens, c’est un appel à l’insurrection contre nos propres peurs : il s’agit de retrouver la liberté – c’est à dire le sens – du goût.
Cinéaste et autrefois sommelier, j’ai la chance d’avoir un double regard sur le vin : celui de l’initié et celui de l’outsider. En me demandant comment (et pourquoi) parler du vin, j’ai voulu avant tout replacer ce sujet dans un contexte culturel plus vaste, qui ne concerne pas seulement la caste des aficionados.
Voici donc une sorte d’anti-guide du vin, où l’on trouvera, entre autres : une remise en question du concept de terroir ; les racines de Mondovino ; un parcours subjectif des endroits de Paris où l’on peut déguster (le meilleur comme le pire) ; quelques portraits (amis, ennemis, vignerons héroïques) ; enfin, une charge contre les impostures en tout genre, économiques, intellectuelles (comme celles de ces cinéastes qui écrivent des livres…) ou même gastronomiques, comme dans ces restaurants dont les trois étoiles ne brillent que par leur politique scandaleuse. »

Ça promet ! ;)

8 commentaires

Philippe Hugon | 26.10.07 - 10:36

je l'ai entendu en interview sur France-info cette semaine
je pensais réussir à récupérer facilement l'interview sur le site mais je galère encore
quelqu'un a entendu cet interview ou sait comment récupérer?

wilfried | 26.10.07 - 19:26

tu dois pouvoir la récupérer en podcast sur le site, mais il te faudra sûrement convertir le flux... Si j'ai 2min et que j'y arrive, je te fait signe...

RBz | 05.11.07 - 08:28

J'avais entendu Nossiter parler de son livre et exprimer en bien mieux mes idées sur le vin et la gastronomie en général.
J'ai presque fini le gout et le pouvoir ... je crois que je vais le relire !

Frédéric | 05.11.07 - 17:34

Jonathan Nossiter est l'invité de l'émission de france inter nonobstant du 05/11 que vous pouvez récupérer ici :
http://www.tv-radio.com/ondemand/fr...

wilfried | 06.11.07 - 10:39

Je me rends compte que je n'arrive pas à trouver le temps de le lire...
C'est honteux... aller, ce soir, je m'y mets... ;)

Merci les amis de faire vivre ce post, ha!

Oli-Rob | 08.01.08 - 09:50

J. Nossiter appelle à la révolution (de "palais") afin d'instaurer une république démocratique du goût et invite donc tout un chacun à se faire sa propre idée de ce qu'est un "bon" vin. En tout cas c'est ce qu'il ressort de la promotion de son livre. Si sa démarche est séduisante, elle ne résiste malheureusement pas à la lecture de son livre...
En effet, le propos de celui-ci est à l'opposé de sa démarche initiale. Par son ouvrage, il tombe dans les excès qu'il dénonce. Il refuse qu'un goût universel ne soit imposé mais il part "à la recherche du Graal". Qui a-t-il de plus universel que la conquête du graal???
Ainsi repousse-t-il l'idée du goût unique (ces vins à l'américaine trop travaillé) or il ne jure que par l'acidité...
Il rejette (comme moi d'ailleurs) une poésie dégustative (les envolées lyriques si rébarbative des oenologues, sommeliers et autres dégustateurs) mais n'hésite pas à trouver un côté monacal ou cistercien à un vin (?????).
Il dénonce le cepage fait roi par certain (Cabernet Sauvignon) mais il érige un trône au Pinot noir.
Alors certe, il indique en préambule qu'il ne s'agit là que de sa propre expérience, de son goût personnel, mais Robert PARKER (son ennemi juré?) ne fait il pas exactement la même chose en introduction de son fameux guide ???
Au final, on à l'impression que, sous couvert d'encouragement à la révolution, Jonathan NOSSITER ne recherche finalement qu'un Putch visant à destituer le pouvoir en place pour mieux imposer le sien...

zivane | 13.01.08 - 13:33

Je pense qu'oli-rob n'a rien compris...
Nossiter défend la diversité avant tout et ne cache pas en effet ses propres goûts mis jamais il ne nous dit que ce sont les bons.... Puisqu'il refuse les notations etc...
Il nous redit, à juste titre, que dans le vin comme dans l'art, même s'il y a une dimension d'éducation (au vin ou à l'art), la subjectivité (liée à notre histoire perso, au contexte, notre humeur à un instant T, etc...) est primordiale, l'équilibre c'est ce perpétuel aller-retour entre l'individuel et l'universel...
Vous devriez relire le livre....

Oli-Rob | 14.01.08 - 09:53

Je ne dis pas qu'il n'invite pas à la diversité je suis plutôt partisan de son acte.
Cependant, ce qui devrait être le fil conducteur du livre est malheureusement étouffé par ses attaques incéssantes contre la vision americo-américaine du vin. Je ne dis pas qu'il a tort, je dis simplement que la manière qu'il utilise n'est pas la meilleur. L'acharnement dont il fait preuve dans sa lutte contre les "Gros" dessert plus sa pensée qu'elle ne la sert. Dans toutes les démocraties, la solution de facilité pour faire passer SES idées et SA façon de voir c'est de dénigrer le pouvoir en place.
Il refuse la notation des vins? Tant mieux et je le suit dans cette idée... mais, par le jeu de la mise en scene, il fait mettre en valeur son propre goût par l'intermédiaire de viticulteurs ou "acteurs" du vins reconnus (et dont les prix pratiqués ne sont pas si "démocratiques" que ça) réunis lors de dégustations. Ce qui, au regard de la forme, pourrait être s'apparenter à un jury au jugement péremptoir et ayant valeur de vérité...